Reflux Gastro Oesophagien

Les Pathologies

 

Nous avons tous ressenti au moins une fois dans notre vie une remontée de liquide acide de l’estomac dans l’œsophage et parfois dans la bouche surtout après un repas copieux :  c’est un reflux gastro-œsophagien (RGO) dit « physiologique », c’est à dire normal.

Quand on évoque le RGO comme une affection c’est qu’il est pathologique et non physiologique.

Le RGO pathologique, donc anormal, est caractérisé par des remontées acides qui sont trop importantes ; elles peuvent être trop prolongées et/ou trop fréquentes.

Illustration pathologie reflux gastro oesophagien

Est-il fréquent ?

 

Oui. En occident 10 à 20% de la population se plaint occasionnellement de signes de RGO.
Presque un français sur 10 a des symptômes quotidiens de RGO.

L’examen de l’estomac c’est à dire la gastroscopie peut être réalisée de deux façons :
– soit avec une anesthésie locale du nez et de la bouche, on parle de nasogastroscopie
– soit avec une anesthésie générale

Quels sont les symptômes ?

 

  • Le pyrosis : sensation de brûlure dans le thorax survenant volontiers après le repas ou dans certaines positions : penché en avant (en laçant ses chaussures ou en lavant le sol) ou encore lors de la position allongée notamment la nuit.
  • Les régurgitations : remontées du contenu de l’estomac (acidités, aliments) jusque dans la gorge sans nausée ou effort de vomissement.
    Des douleurs épigastriques existent chez ¼ des sujets souffrants de RGO.
  • Des complications : une difficulté à avaler, des douleurs des oreilles, une hémorragie digestive ou uneanémie.

Des signes atypiques, extra digestifs :

– respiratoires : une toux chronique, des crises d’asthme
– des signes O-R-L : pharyngite, laryngite
– cardiaques : douleurs thoraciques simulant une pharyngite, laryngite

Comment réalise-t-on le diagnostic ?

 

Tout d’abord le praticien échange avec son patient sur ces antécédents et ses habitudes.

Ensuite, nous procédons à des examens complémentaires qui sont parfois nécessaires :

1 – La gastroscopie avec ou sans biopsies.
Elle est normale dans 20 à 30 % des cas.
Elle permet de rechercher l’œsophagite peptique (liée à l’acide). C’est une inflammation de l’œsophage avec des érosions et des ulcérations de la paroi interne de l’œsophage dues au reflux gastrique acide. Cette œsophagite est de gravité variable et peut être la cause d’un endo-brachy-œsophage (EBO).

2 – La pH-métrie œsophagienne : avec sonde ou une capsule
Celle-ci mesure la présence d’acide dans l’œsophage. Elle permet d’enregistrer les épisodes de reflux et la concordance éventuelle avec les symptômes ressentis par le patient.

Parfois il y a intérêt de coupler cet examen à une impédancemétrie œsophagienne.

gastro-enterologie pathologie reflux gastro